Noces de Cire

10 mai 2014,

9h : je me réveille dans ce merveilleux gite du domaine de Nestuby. On ne s’est pas couchés tard mais j’ai encore bien mal à la tête. Le traiteur m’appelle il est en route, comme le dj.

10h : j’annonce à Mylène que finalement on a qu’à zapper le coiffeur. J’ai qu’à remonter mes cheveux vite fait comme ça en chignon. On m’embarque de pied ferme dans une voiture. Marion prend mon téléphone et m’annonce qu’elle prend en charge la deco et l’installation du traiteur. Aie confiance me souffle-t-elle. J’ai déjà une heure de retard sur le planning.

15h : on retourne au gîte. Je n’ai jamais passé autant de temps à me coiffer ou maquiller. Canage, mise en plis, j’ai fait la totale aujourd’hui… on est presque dans les temps, on doit être à l’église à 16h. Mylene est enfermée dehors en poumpoum short et t-shirt chat fluo. Sa tenue est à l’intérieur. Elle m’envoie m’habiller chez mon père.

Aie confiance…

15h30 : mon père fait les cent pas dans le couloir. T’inquiètes papa ils ne vont pas commencer sans moi. J’enfile ma robe. Carole m’aide à attacher tous mes boutons. Je crois à une blague quand elle me dit « y a un bouton qui est resté dans ma main » sans sourciller elle recoud le maudit bouton en moins de deux. TatieCarole ❤️…

Aie confiance…

16h : je ne sais par quel miracle on est à l’heure à l’église. Margaux hurle d’avoir été réveillée de sa sieste sans avoir le droit à son goûter. J’esquive un moment de recul lorsque, pour la bénédiction, le prêtre détruit ma coiffure de 5h… je n’ai d’yeux que pour notre journée lorsqu’on se dit oui

Aie confiance…

17h : sortie de l’église au son des instruments de nos amis les plus chers. Je n’ai pas fui on est mariés pour tout donner toute la vie. Il n’y a plus qu’à fêter ça à grands coups de cubi jusqu’à la fin de la nuit.

10 mai 2018,

Je veux coucher les plus doux souvenirs de notre mariage sur le papier pour ne jamais les oublier.

Je suis seule pour ces noces de cire, puisque JBL est parti à la mer avec les Mogwaïs, et comme il y a 4 ans, je réalise ma chance d’être si bien entourée.

Le 10 mai, ce n’est qu’une date, on saura bien se rattraper.

Publicités

Pour la Planète

Maman ? Tu pourras acheter des petits pois chinois ? Y a bien des choux chinois, des soupes chinoises, ça change des petits pois français si on peut avoir des petits pois chinois !

C’est cette petite phrase anodine de M qui a initié le débat. En soit, oui, on pourrait avoir des petits pois chinois, si on habitait là-bas. Pas facile d’expliquer à un enfant de 4 ans la temporalité des saisons et le respect de la Terre.

Tu vois, mon coeur, à Paris, chez Papé dans le Sud, ou encore en Italie, ou en Asie, on habite tous sur une grosse boule qu’on appelle la planète Terre. Il n’y a qu’une seule planète qui nous donne ce dont on a besoin : des plantes, des fruits, des légumes et des animaux. Mais il faut bien la respecter et ne pas gaspiller.Si on l’abîme trop, elle n’aura pas le temps fabriquer de nouvelles choses. Et s’il n’y a plus rien, on ne pourra pas rester ici. Le problème, c’est qu’on a pas d’autre planète où aller. Tu comprends ?

Alors, pour la préserver il y a plein de petites choses qu’on peut faire Avant on ne savait pas, mais maintenant on sait qu’il faut faire attention. Tu as été à la ferme déjà, tu as vu les potagers ? On ne peut pas cueillir tous les fruits et les légumes au même moment. Déjà parce qu’ils sont meilleurs si on est patients, et la Terre doit se reposer, comme nous, pour pouvoir mieux travailler…

Et puis des petits pois, on en trouve juste à côté, alors pas besoin de leur faire prendre un avion ou un bateau pour en avoir. Il faut mieux se dire que les avions ou les bateaux servent à transporter les gens quand ils veulent voyager, et pour les légumes, manger ceux qui poussent à côté de chez nous. Comme ça, pas besoin de les emballer dans du plastique, t on peut les sentir et les toucher avant de les acheter. C’est important ça, tu sais ?

Alors les fruits et les légumes c’est mieux si on les prends à la ferme juste à côté ou au monsieur qui vient jusqu’au marché ? 

Oui. Comme de respecter l’eau, et bien regarder dans quelle poubelle on jette le papier, le plastique, ou le verre. Toutes ces petites choses que l’on fait, si tout le monde fait attention, c’est meilleur pour la planète et l’environnement. En plus ça tenait beaucoup à cœur à TatieCarole ces petites choses. Quand j’étais petite fille, on ne m’expliquait pas. Mais maintenant on sait que ce sont des actions qu’on doit faire ensemble : les adultes et les enfants.

Oui. On va pas acheter n’importe quoi, on va manger des légumes qui poussent juste à côté pour être en forme et la planète aussi. comme ça tout le monde est content !

Et l’important c’est de bien réfléchir à ce qu’on fait, ce qui est bon pour nous, et pour tous les autres qui vivent sur la planète. **Fierté Maternelle**

Et moi, je vais plus me gratter les fesses parce que ça protège pas la planète !

… On y était presque …

La Première Kermesse

On a reçu l’invitation pour la kermesse de l’école et je m’étais dit que je poserai un RTT pour y aller.

Puis, on a vu un mot dans le carnet de correspondance qui disait que s’il n’y avait pas assez de parents bénévoles, la kermesse serait annulée. Alors j’ai postulé. J’ai postulé du bout des lèvres, en envoyant JBL dire que si vraiment ils n’avaient personne mais vraiment personne, je voulais bien dépanner un peu pour Un truc pas trop penible, et certainement pas le maquillage.

Depuis qu’on a déménagé, c’est JBL qui accompagne M à l’école, alors pour moi la kermesse c’était l’occasion de voir la grande évoluer dans son milieu entourée de ses copains, d’épier un peu et de connaître autre chose de ses journées que le menu de la cantine. Je me disais que ce serait pas du luxe de se faire un peu copain avec d’autres parents d’élèves qui partageraient éventuellement notre #passionapero vu que le seul bémol de notre nouvelle ville cest qu’on manque d’amis pour les apéros en terrasse.

Déjà il y a des parents d’élève, je veux pas dire, pour la kermesse de la maternelle, ils ont apporté DEUX merveilleux, de chez Fred, de la confiture aux cochons, au milieu des gâteaux au chocolat soupoudrés de papillons en sucre. Bien entendu j’ai commencé par aller, finalement, me chercher aussi Un ticket goûter…

Ensuite arrivés au stand maquillage, deux mamans suaient sous l’effort. On a mis M sur une liste d’attente. De trois pages. Tu me vois venir ? J’ai proposé mon aide. « Je peux vous aider si vous voulez, mais je sais faire que les chats » les pauvres, elles avaient l’air soulagé ! J’ai d’abord maquillé mes mogwais. M en Spiderman et L en chat. Puis ont défilé les autres enfants

« Ze veux un pirate reine des neiges »

« Tu veux pas Un chat plutôt ? »

Finalement je me suis bien marré. Les enfants étaient contents, les parents rigolaient de mes maquillages ratés, je me suis fait des copines au stand de maquillage et il y a eu beaucoup de petits chats à la kermesse cette année.

Moment de gloire ce jeudi en allant chercher M à la garderie : les photos des enfants maquillés affichés sur le mur de l’école : la moitié des œuvres : 3 chats et 2 Spiderman #madebyme!

Soeur

Avant d’être mère, j’ai été sœur.

Ces deux là, je les ai tout de suite aimé, parfois détesté, je leur ai sauvé la mise, je les ai envié et jalousé. Je les ai adoré, ils m’ont énervé. On s’est battus, tiré les cheveux, et mis des claques un peu aussi.  Je leur ai fait la tronche pour toute la Vie et au final on s’est toujours vite réconciliés. Je pense que la réciproque est vraie.

Aujourd’hui les enfantillages sont finis. Mais la complicité est toujours là. On ne construit plus de cabane, mais nous traversons les joies et les peines, jamais bien loin les uns des autres et toujours en soutien mutuel.

Bien sûr, souvent on s’agace, on est pas d’accord et on se fâche. Mais ma fratrie à moi elle déborde d’amour. Depuis qu’ils sont petits je veux les protéger. Après tout, c’est moi l’aînée. J’ai essuyé leurs larmes quand ils avaient peur, je les ai rassurés quand les parents s’engueulaient… et j’ai profité de mon statut pour leur mettre un peu la misère aussi. J’ai bien compris depuis qu’ils étaient tout aussi capables de faire la même chose pour moi… Quand grandir réduit l’écart de l’âge, c’est une nouvelle dynamique, plus équitable qui nous réunit : Ils ne sont plus les petits, ils sont devenus mes egaux, et ils font toujours partie de ma vie.

J’ai de la chance d’avoir un frère et une sœur, si proches. Ils adorent leurs nièces, et leur beauf. Quand on se retrouve, on se marre quand même pas mal. Il n’y a pas de temps qui passe, pas de faux semblants. Pas de retenue. Les choses se font naturellement.

Merci à eux d’être là avec moi Et de m’aider à montrer aux Mogwaïs le chemin vers cette fratrie unie que je leur souhaite tant 🙂

Traveling with les Mogwaïs : qu’est ce qu’on mange ? Et le quotidien #lesbriacauvietnam

Forte de notre expérience en Slovénie, j’avais décidé de ne pas me prendre la tête et qu’on verrait bien sur place.

Je n’ai pas fait vacciné les filles contre l’hépatite A par manque de temps d’une part (fallait se renseigner avant) et parce que le médecin contacté en catastrophe m’a dit que ce n’était pas la peine. J’avais lu que les glaçons étaient réalisés à partir d’eau bouillie, et je me disais que tant que les aliments étaient cuits on ne risquait pas grand chose. L’eau en général est bouillie puis reconditionnée en bouteille, elle est très peu minéralisée et donc adaptée aux nourrissons (mais c’est possible que je dise une connerie). Comme l’Asie est le paradis du plastique, pour limiter nos déchets, on achetait des bidons de 5l qu’on vidait dans les gourdes pour la journée. On a utilisé de l’eau minérale pour les filles même pour le lavage de dents, et comme on a des spécimens qui adorent boire l’eau du bain pour l’apéro, on a plutôt orienté vers les douches. Les Mogwaïs ont aussi du boire 70l chacune d’eau de la piscine mais a priori le chlore avait du détruire les bactéries les plus mauvaises !

Qu’on se le dise, les Mogwaïs ont principalement mangé du riz pendant 15 jours – ou alors des nouilles de riz. Riz et viande, viande et riz, riz et crevettes. Les légumes la bas sont plutôt verts. Très verts. Et très frits aussi. Du coup, comme c’était les vacances pour tout le monde, on a pas trop insisté et on a compensé par des fruits… des fruits qu’on épluchait nous même de préférence…

Aucun soucis à déplorer. L a eu plutôt un très bon transit un peu liquide, mais comme elle sortait 14 dents en même temps on pense que c’était lié. On a mangé des snacks dans la rue, joué au milieu des enfants vietnamiens, mangé dans des cantines aux plats uniques. Les Mogwaïs se sont particulièrement bien adapté. Par contre, niveau hygiène il faut être un peu préparé: on a préféré les cantines « en dur » avec accès à une cuisine pour s’assoir et manger, et on s’est contenté du take-away pour les stands de rue : la vaisselle est souvent faite à même le sol dans une bassine dans laquelle on se lave aussi les mains, et où le chien du voisin vient boire, voir direct dans le Mékong qui n’est pas le fleuve le plus propre que j’ai jamais vu… mais les vietnamiens sont rois du conditionnement individuel et même si d’un point de vue consommation responsable, toutes les barquettes en plastique, polystyrène, et couverts à usage unique ce n’est pas terrible, ça nous a permis de goûter à tout. Les filles se sont régalées ! On a bien eu une ou deux déconvenues avec des plats trop épicés mais heureusement tout le monde s’en est remis !

De même on a trouvé sans problème des couches et la marque vietnamienne est très bien. On trouve aussi des pampers. Pour mes couches bio, je me suis assise dessus mais pour 15 jours de vacances, quelle importance ? J’avais emporté un paquet de lingettes biodégradables pour le change et un autre de lingettes antibacteriennes pour désinfecter les petites mains rapidement et les petits objets tombés par terre. On a aussi lavé les doudous plusieurs fois au cours du voyage Parce que le VietNam est un pays très poussiéreux. (Les mecs de l’hôtel ont du bien rigoler)

On a eu un peu plus de mal à trouver du lait demi écrémé. Il est souvent vendu sucré la bas. On en trouve dans les grands supermarchés type mall et dans tous les lieux touristiques. Il vient souvent d’Europe et pour le côté local c’est pas trop ça, mais impossible de couper le biberon du matin aux Mogwaïs… M a trouvé très drôle de manger des œufs et des brioches farcies à la viande le matin, mais L s’est contenté de quelques bananes et de chocapic au petit dej !

Pour le côté aventure et road trip on repassera : en voyageant à 9, c’est aussi cher de réserver des billets individuels que de louer un minibus. On a choisi cette solution plus flexible en termes d’horaires et de confort. On a aussi beaucoup pris le taxi 6 places : à 9 un peu serrés, c’est large ! Ca nous fait de chouettes souvenirs, et de grosses parties de rigolade tous ensemble.

Le rehausseur gonflable est un vrai bon investissement. Il surélève les petites fesses des petits enfants qui peuvent regarder le paysage par la fenêtre. Après, 80% du temps, il n’y a pas de ceinture de sécurité  dans les transports (en tout cas en état de marche)… il faut donc s’adapter. M est un enfant plutôt sage et bien installée entre sa TatieCayole et son TontonBaji, elle n’a pas bronché ! Pour les longues distances, L a voyagé dans le porte-bébé attachée à nous, mieux que rien et non négociable tant cet enfant est un asticot !

Bref un quotidien chamboulé et un peu mouvementé… on a laissé couler et on ne s’est pas trop embêtés. On retiendra que c’est possible de voyager avec des jeunes enfants et de s’adapter. On peut très bien manger dans la rue sur des chaises en plastique, boire des jus de fruit frais avec des glaçons, manger des crevettes, ou du porc, des glaces aux haricots rouge et se faire proposer du rat !

C’est une vraie aventure et une ouverture d’esprit riche pour les petits comme pour les grands. Avant tout je crois qu’il faut se connaître : on a bien fait une nuit dans une auberge de jeunesse (en chambre privée mais quand même) les draps et les serviettes etaient propres, mais la baignoire bof. Pas d’eau chaude le matin, etc. L a dormi entre nous (et s’est réveillée a 5h), bref : une nuit cest bien, j’en aurais pas fait 5 !!

Ce qui est sur c’est qu’on repartira a 4 ou à 5. On aura profité à fond, mais vraiment à fond de ce voyage en famille, à 9. et tant mieux ! Il aura pris une tournure dramatique à notre retour, mais je n’oublierai pas ces 15 jours d’intense bonheur tous ensemble de se retrouver au bout du monde… Aujourd’hui mon cœur pleure et nous sommes en deuil, mais je veux réussir à détacher ces deux événements de nos vies.

Le jour du départ, j’avais posté ceci sur IG et je vais garder de notre aventure c sentiment ultra positif de fin de vacances :

« Ce matin on a souhaité bon vent aux jeunes mariés qui reprenaient la suite de leur voyage. On a contemplé l’idée de leur emboîter le pas, mais les bonnes choses ont une fin, jusqu’à la prochaine fois pour nous 4 en tout cas. Il y avait beaucoup d’émotion et quelques larmes dans les yeux, mais ce qui compte c’est à quel point c’était bien »

Ce qui compte aujourd’hui c’est d’avoir pu aussi se serrer si fort, et se souhaiter bon vent pour la suite… On t’aime pour toujours TatieCayole

Bref, j’ai hâte de repartir la prochaine fois : Essaouira ? le Mexique ? l’Argentine ?  mais malheureusement ce ne sera sans doute pas avant l’année prochaine sauf si je suis enceinte du troisième d’ici là

Week end meuf

Dans le Genève Paris de 13h42, jai endormi une toute petite fille dans mes bras. Je l’ai déposée sur le siège à côté, la tête sur mes genoux sans la réveiller.

Je la regarde et je vois encore les traits de mon petit bébé

Pourtant M n’est plus un bébé. C’est une grande. Le week end s’est très bien passé.

Je me souviendrai de sa première journée au ski. J’oublierai les déconvenues et la fermeture du club Piou Piou mais je me souviendrai des descentes sans peur entre les deux télésièges et de ce petit bout de fille trop fière.


J’oublierai les quelques caprices mais je me souviendrai de toutes les rigolades ensemble. Les rigolades de grandes.

On s’est bien marré. Expérience à refaire clairement c’est parfait ces moments privilégiés.

Enfin,je me souviendrai de ce dîner au resto avec ma copine de 10 ans, son mec qui garde nos enfants pendant qu’on refait le Monde comme avant (avec beaucoup plus de cernes, certes)

Finalement un week end meuf seule ou avec les enfants, c’est quand même bien kiffant !

Rentrée des classes 

Une rentrée comme une lettre à la poste. Comme ta polarde de mère tu adores l’école parce que tu vois tes copains. Comble du bonheur tu es dans la même classe que ton copain Augustin. Va mon petit chat, envole toi. Je suis tellement fière de toi. 


Et toi mon petit loup avec ton sourire à trois dents accrochée à Judith, ton doudou nounou. C’est une année riche en émotions qui nous attend. Une nouvelle maison, deux écoles pour M., une nouvelle nounou ? (Pas sur! 🙏) hauts les cœurs l’aventure. Quel pied de vous regarder pousser mes poupées !